Histoire naturelle et culturelle

Paul-VictorFournier

Les fleurs ont du malheur : elles servent de prétexte à une fausse poésie, bien insupportable à ceux qui aiment les fleurs et qui aiment la poésie. (…)

Au lieu des faux agréments qu’on répand sur la botanique, je voudrais qu’on donnât un agrément vrai. Je voudrais qu’en présentant une plante, on racontât ce qu’elle est dans la mythologie, dans la religion, dans l’histoire, dans l’art, dans la superstition, la tradition et l’usage populaire, en sorte qu’elle se présentât avec sa légende. Comme soudain cette botanique s’animerait en se mêlant à toute la vie humaine !

Ernest Bersot, « Lettre sur la botanique », chapitre XL de Morale et Politique, Didier, Paris, 1868, p. 427 et 429.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s