Rubens et le mystère des étoiles saturniennes

Il y a quelques mois, j’ai lu avec grands plaisir et profit L’Invention de la Nature, excellent ouvrage que Nadeije Laneyrie-Dagen (oui, encore elle ! Voir ici et ) a consacré à la représentation de la nature du Moyen Âge à la Renaissance. Pour compléter cette très stimulante lecture, j’ai regardé en ligne la captation de sa conférence de janvier 2017 intitulée « La beauté et la science, faux amis, amours déçues ».

Elle y traite de sujets très variés tournant autour de la peinture des phénomènes naturels au début de l’époque moderne et aborde brièvement (à partir de la 38e minute) la célèbre peinture de Rubens représentant Saturne dévorant un de ses enfants datant de 1636.

Rubens_saturn

La mythologie dit en effet que Cronos, assimilé plus tard à Saturne et au temps, mange tous ses enfants en bas âge de peur qu’ils le renversent, jusqu’à ce qu’un stratagème de leur mère Rhéa sauve Zeus de l’infanticide.

Nadeije Laneyrie-Dagen s’attache dans cette conférence au seul détail saillant sur le fond nuageux traité en quasi-grisaille : au-dessus de Saturne, il y a trois brillantes petites étoiles, bien alignées.

Rubens_saturn etoiles

Elle les présente comme la « première représentation connue des lunes de Saturne ». C’est un raccourci de langage, comme on va le voir : c’est la première représentation connue de ce qui orbite autour de Saturne.

En effet, des huit lunes que nous connaissons aujourd’hui à Saturne, seules cinq ont été découvertes au XVIIe siècle, et Galilée n’avait pas un télescope assez puissant pour les observer en 1616. Téthys, Dioné, Rhéa et Japet ont été découvertes en 1671-1672 par Cassini, et la première, Titan, n’a été découverte par Huygens, opticien de génie, qu’en 1655. Or Rubens a peint son Saturne deux décennies plus tôt !

Avant 1655, non seulement les astronomes ne connaissaient pas l’existence de satellites saturniens, mais ils débattaient des conclusions à tirer de leurs observations surprenantes et apparemment incohérentes, parmi lesquelles celles de Galilée dès 1610 et celles de Christoph Scheiner en 1614. En effet, à partir du début du XVIIe siècle, les astronomes observent avec des lunettes astronomiques encore rudimentaires deux « compagnons » plus petits de part et d’autre de Saturne.

Galilée donne en 1610 dans son célébrissime Sidereus Nuncius (« messager céleste ») une observation jamais faite auparavant : Saturne a un triple corps !

CnkU7YAUIAADx0ipetit.jpg

Il donne ensuite une description très imagée de ce qu’il observe :

Deux serviteurs assistent le vieux Saturne dans sa révolution et se tiennent constamment à ses côtés.

Ces astres nouveaux ont un comportement étrange et changent de forme avec le temps. À la grande surprise de Galilée, ils vont jusqu’à sembler disparaître en 1612, pour réapparaître en 1613 ! Dans une lettre à Belisario Vinta, il s’étonne : Saturne aurait-il dévoré ses enfants ?

Les trois étoiles peintes par Rubens ne sont donc pas trois lunes d’égale importance astronomique, mais bien Saturne au milieu, l’astre le plus gros, entouré par ses deux mystérieux compagnons.

Rubens_saturn etoiles

L’explication du phénomène sera apportée en 1655 par Huygens qui s’appuie sur une série observationnelle d’un demi-siècle reproduite dans son Systema Saturnium (1659).

Djq0vaJX4AAxb2L.jpeg
I, Galilée (1610) ; II, Scheiner (1614); III, Riccioli (1641 ou 1643); IV-VII, Hevel; VIII-IX, Riccioli (1648-1650); X, Divini (1646-1648); XI, Fontana (1638); XII, Biancani (1616); Gassendi (1638-1639); XIII, Fontana (1644)

Cela lui permet d’étayer son hypothèse : Saturne n’est pas entouré de deux compagnons comme proposé par Galilée ni d’une corona aux propriétés étranges comme avancé par Christopher Wren, mais de ces anneaux qui nous sont si familiers aujourd’hui. Les deux étoiles compagnes s’avèrent n’être en fait que leur déformation optique par des lunettes encore peu puissantes. Quant à l’illusion de disparition périodique des étoiles compagnes, elle est due à un simple effet de perspective lorsque l’équateur de Saturne est parfaitement aligné avec le regard de l’observateur.

Systema-Saturnium-Christiaan-Huygens-1659.ppm

En 1660, le mathématicien jésuite Honoré Fabri, pas convaincu, proposait encore que Saturne était en fait entouré de deux petits satellites lumineux régulièrement obscurcis par deux autres satellites, sombres et de plus grande taille

La proximité entre les intérêts de Galilée et Rubens, qui au début du XVIIe siècle se sont fréquentés à Rome, laisse penser que ce dernier a eu connaissance de l’étonnement de Galilée face au comportement de ces objets célestes et de son image mythologique de Saturne faisant « disparaître » les petits astres qui l’accompagnaient. Selon toute probabilité, c’est donc à cette mystérieuse dévoration astronomique que le peintre fait référence en associant ce trio d’étoiles au sujet mythologique de l’infanticide saturnien.

Étonnamment, je n’ai pas trouvé de références bibliographiques sur cette intersection des arts et des sciences, et c’est seulement après être remontée aux sources d’époque qu’une dernière recherche en ligne m’a fourni un article publié dans le quotidien espagnol El País par l’astronome Montserrat Villar Martin.

Aussi illusoires que ces étoiles compagnes se soient finalement avérées, elles n’en constituent pas moins un très bel exemple du souci d’exactitude scientifique de Rubens et montrent que ses lectures et ses correspondances lui permettait de se tenir au cours de l’actualité astronomique.

Quelques références

Une réflexion sur “Rubens et le mystère des étoiles saturniennes

  1. Intéressante enquête comme toujours. Rubens, comme d’autres, avait l’habitude d’être autant artiste que diplomates auprès des puissants dont les cours raffolaient de ces nouveaux savoirs comme sujets de causeries. Ce type de billet ne fait que le confirmer !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s