Sur la piste de l’Amphisbène : pérégrinations d’un enfant de la Méduse

Comment un motif peut-il se propager d’une œuvre à l’autre, et d’un artiste à un autre à travers des décennies ? Par quels détours un animal imaginaire peut-il sauter d’une scène mythologique à un livre de zoologie exotique ? Continuer de lire « Sur la piste de l’Amphisbène : pérégrinations d’un enfant de la Méduse »

Publicités
Lion de la République, Léopold Morice , 1883.

Marianne et le roi des animaux : histoire d’une étrange adoption

Depuis que la place de la République, à Paris, a été refaite et piétonnisée il y a une demi-douzaine d’années, la statue qui lui donne son nom est beaucoup plus accessible et le rebord de la fontaine qui l’entoure sert de point de rendez-vous et de banc tant aux autochtones qu’aux touristes fatigués. Continuer de lire « Marianne et le roi des animaux : histoire d’une étrange adoption »

Histoire naturelle et culturelle

Les fleurs ont du malheur : elles servent de prétexte à une fausse poésie, bien insupportable à ceux qui aiment les fleurs et qui aiment la poésie. (…) Au lieu des faux agréments qu’on répand sur la botanique, je voudrais qu’on donnât un agrément vrai. Je voudrais qu’en présentant une plante, on racontât ce qu’elle est dans la mythologie, dans la religion, dans l’histoire, dans l’art, dans la superstition, la tradition et l’usage populaire, en sorte qu’elle se présentât avec sa légende. Comme soudain cette botanique s’animerait en se mêlant à toute la vie humaine ! Ernest Bersot, « Lettre … Continuer de lire Histoire naturelle et culturelle

La nouille de Frankenstein : le tourbillon avait des roues !

Frankenstein ou le Prométhée moderne a été publié par Mary Wollstonecraft Shelley en 1818, ce qui explique la floraison de manifestations, parutions, colloques (et même un site de sensibilisation à la science)  qui commémorent le bicentenaire de cette œuvre fondatrice. Continuer de lire « La nouille de Frankenstein : le tourbillon avait des roues ! »

Symbiose et parasitisme : deux livres pour vous retourner le cerveau (et l’estomac)

J’ai lu dernièrement avec bonheur deux livres aux thèmes à la fois opposés et complémentaires, la coopération mutuellement bénéfique qu’est la symbiose et ce qu’elle menace à tout moment de devenir : la relation asymétrique du parasitisme. Continuer de lire « Symbiose et parasitisme : deux livres pour vous retourner le cerveau (et l’estomac) »

Le spleen des poulains royaux : expérimentation sur organe baladeur

Chronophotographie de Muybridge, c.1880.

Si vous avez déjà entendu l’expression « courir comme un dératé », vous vous êtes sûrement demandé où exactement peut-on trouver des gens sans rate et si c’était vraiment tellement bénéfique à leurs performances aux disciplines olympiques.

Les historiens de l’Antiquité, toujours libéraux en contes difficiles à croire (les plus incroyables n’étant cependant pas toujours les moins vrais) nous disent que certains messagers se faisaient retirer la rate pour courir plus vite. Continuer de lire « Le spleen des poulains royaux : expérimentation sur organe baladeur »

dessin du tympan

Les arbres de pierre de Jacques Cœur

L’année dernière, j’ai passé une journée à visiter Bourges, cité charmante et pleine de jolies choses, et non, je ne parle pas seulement pour son immense muséum avec toute une salle consacrée aux chauves souris, où trône une statue monumentale de Camazotz, dieu-chauve-souris maya.

Je pense plutôt au le palais de Jacques Cœur, le plus bel hôtel gothique de France. Continuer de lire « Les arbres de pierre de Jacques Cœur »